• Customer Supports & Sells

    (+257) 22-27-82-18

  • Opening Times

    Mon - Fri 07.00 - 18.00

English French

  1. INTRODUCTION

Chaque année, COCOCA organise la campagne de collecte du café cerise dans ses différentes régions.

Les dates de début de cette campagne diffèrent d’une région à une autre bien que sa durée reste pratiquement la même partout et avoisine 3 mois.

Elle débute à la fin février pour la région de l’Ouest du pays (Bubanza-Cibitoke) et une partie du nord Est (Kirundo- Muyinga), nommée NORD B à mi-mars pour les régions du Nord (Kayanza et Ngozi) et du Sud (Bururi – Rumonge) et au début avril pour la région du centre (Muramvya-Gitega-Rutana-Karusi).

Dans toutes les régions COCOCA, le café à maturité de récolté est collecté par chaque producteur vers la station de lavage de de la coopérative dont il est membre. Ce café cerise récolté est d’abord trié manuellement avant d’être trié par flottaison à l’eau dans un récipient afin de séparer les grains ne remplissant pas les conditions de qualité requis pour être qualifiées de cerise A (grains mûrs, sans défaut, et avec poids élevé). Les lieux de triage manuel, sur bâche ou sur table sont séparés selon le type de certificat du café pour éviter la contamination.

Après le triage, le producteur présente son café à la réception pour pesage de la cerise A et de la cerise B.

Les quantités sont enregistrées sur la fiche du producteur et la fiche gardée par la station de lavage avant d’être reporté dans les registres d’achat. Les enregistrements doivent assurer la traçabilité du café collecté en identifiant le nom, sexe, adresse et code du producteur, le n° ou le code du lot auquel il contribue (café acheté ce jour-là) et le poids par type de cerise et type de certificat. Le total et le cumul des quantités livrées ainsi que la production estimée doivent être marqués pour chaque producteur afin de prévenir toute sollicitation de vente du café d’autrui.

Rappelons que pour cette campagne café 2019-2020, le Gouvernement a décidé de maintenir les prix unitaires de l’année passée pour la cerise A et B,

C’est-à-dire à 500 FBU et 250 FBU, malgré que, par sa correspondance au Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage (N°Réf : INTER/007/CE/2019) du 13 mars 2019, l’INTERCAFE avait présenté les difficultés de la campagne 2018-2019 parmi lesquelles figurait le prix au producteur de 500 FBU qui n’avait pas été indexé aux cours mondiaux du café.

Dans une étude récente menée pour le compte du projet PACSC « Analyse des coûts et de la rentabilité des maillons de la chaîne de valeur café, le Docteur NDIMANYA Patrice avait prouvé que le coût de production d’un kg de cerise pour un producteur médian était de 233 FBU, ce qui a poussé les opérateurs de la filière de réclamer que le prix au producteur devrait être de 437 FBU.

Après l’achat, le café versé cerise au fur et à mesure trémi- canal qui mène vers la machine dépulpeuse- , selon le certificat, sera dépulpé. Pour éviter tout contact du café certifié et du café conventionnel, le café certifié commence à être dépulpé après nettoyer minutieusement la machine dépulpeuse à l’eau sous pression. Pour bien se rassurer, avant de commencer à traiter le café certifié, une petite quantité de café certifié est dépulpée traité pour servir de nettoyage et cette dernière sera considérée comme conventionnelle.

Après le dépulpage, le café parche passe dans des bacs de fermentation pendant environ 24 heures avant d’être nettoyée, lavée et gradée au fur et à mesure de son passage dans le canal de gradage-lavage. L’eau qui coule dans canal assure lui-même le gradage de la parche car les grains de faible poids (qualité inférieur) flottent sur l’eau et sont conduits progressivement vers l’aval du canal tandis que les grains de poids (qualité supérieur) restent en amont. Après ce grade la parche de grade inférieur (Coque, A3 Vannée, et A4 qui commence à sortir du canal est directement conduite aux tables de séchage tandis que celle de grade supérieurs (A3 Bon et A1) finit dans des bacs de trempage où elle passe environ 12 heures. Elle passera par des tables de pré séchée sous l’ombre pour pouvoir trier certains défauts facilement avant d’être conduite aux tables de séchage om elle passe 15 à 21 jours. Cette parche sera stockée si son seuil d’humidité est à 11. Pour assurer la traçabilité, les tables sont étiquetées pour retrouver où est séché chaque grade de chaque lot.

La parche stockée sera transportée à l’usine de déparchage pour être transformée en café vert. Le café vert produit, appelé communément café marchand ne sera vendu qu’après sa taxation, laquelle taxation (confirmation des normes de l’Agence de régulation de la Filière Café) ne peut être accordée par l’ARFIC qu’après le triage manuel des défauts jusqu’à les réduire au maximum de 6 % pour les grades supérieurs(FW AA et FW 15 +) ou à 35 % pour les grades inférieurs telles que FW TT.   

  1. ILLUSTRATION DU PROCESSUS DE TRRANSFORMATION ET TRANCABILITE DU CAFE

                                            

Photo de la récolte du café cerise à la coopérative KUNDUDUTEZIMBERE de la colline KAYANGE, commune Musigati, Province Bubanza

 

La photo de gauche nous montre la récolte de la cerise par le propriétaire aidé par son voisin pour ne pas prendre du retard car la cerise cueillie ne doit pas passer plus de 8 heures avant d’être transformée.

La photo de droite montre un caféier avec des cerises à maturité de récolte.

                               .                                    

Triage manuel de la cerise                               Triage manuel de la cerise sur table            Flottaison de la cerise pour trier les grains par leur poids

Nous sommes à la station de lavage de la coopérative JIJUKA, Colline Kibuye, Commune Rugazi, Province Bubanza.

La cerise récoltée est en train d’être triée en cerise A et cerise B.

           

Pesage et enregistrement de la quantité de cerises A et B par le réceptionniste de la coop KUNDUDUTEZ

Café cerise versé dans le Trémie (bac de réception) menant vers la machine dépulpeuse

        

Lavage -gradage de la parche après fermentation

Séchage de la parche